Post from March 25, 2020

Une contraception naturelle peut-elle vraiment être efficace ?

Pour avoir l’efficacité de la méthode symptothermique en usage correct (indice de Pearl 0,4% de risque de grossesse non planifiée en usage correct et 1,6% en usage réel) (Manhart, 2013), les utilisateur.trice.s doivent respecter certaines conditions. Ils doivent suivre un atelier de 3 heures enseigné par une formatrice accréditée, noter tous les jours les observations de la glaire cervicale et du col de l’utérus ainsi que la température basale, prise à la même heure tous les jours, sur leur graphique. De plus, les deux partenaires doivent être impliqués dans la méthode et être motivés par l’atteinte de l’objectif de contraception. Puis, ils doivent adapter leur comportement sexuel en phase fertile. C’est une méthode naturelle, mais exigeante, car elle demande d’être rigoureux et constant. Lorsqu’il y a utilisation d’un autre moyen de contraception en phase fertile, exemple le condom, les utilisateur.trice.s ne sont plus couverts par l’efficacité de la méthode symptothermique, mais par celui du condom qui se situe autour de 15% de risque de grossesse non désiré en usage réel (FQPN).

Pour en savoir plus sur la méthode symptothermique www.serenaquebec.com

Manhart, 2013, Osteopathic Family Physician
www.researchgate.net/publication/257722139_Fertility_awareness-based_methods_of_family_planning_A_review_of_effectiveness_for_avoiding_pregnancy_using_SORT

www.fqpn.qc.ca/?methodes=condom-masculin