Publication du 16 juin 2020

L’impact de l’âge et du mode de vie sur la fertilité de l’homme

Il est connu que l’âge est un facteur important pour la fertilité de la femme, mais un peu moins connu en ce qui concerne celle de l’homme.

Beaucoup pensent que l’homme peut être fertile toute sa vie et qu’il ne vivra pas comme la femme une ménopause signifiant l’arrêt de la fertilité.

Toutefois, la fertilité de l’homme commence à diminuer à partir 35 ans.

Plus un homme avance en âge, plus il sera à risque d’avoir des spermatozoïdes de mauvaise qualité. Il a été remarqué chez les spermatozoïdes des hommes plus âgés, une réduction de la motilité, un taux supérieur de fragmentation d’ADN et une augmentation de présence de mutation d’achondroplasie, une forme de nanisme. Aussi, les spermatozoïdes des hommes plus âgés sont plus susceptibles de présenter des cassures dans les brins de l’ADN et des anomalies chromosomiques (Thomas, Schimd, Grant et al, 2013).

L'une des causes expliquant cette baisse de fertilité est la présence de stress oxydatif dans le corps. Cette réaction se produit lorsqu’il y a un déséquilibre entre les radicaux libres (substances réactives et toxiques) et les défenses de l’organisme (Aitken, Smith et al, 2014). Selon le Dr Dany Mercan, « Le stress oxydant n’est pas une maladie, mais un mécanisme physiopathologique. Un excès d’espèces réactives mal maîtrisé favorisera une maladie ou un vieillissement accéléré. »

L’alimentation, le mode de vie ainsi que l’âge sont des facteurs qui influencent le stress oxydatif. Une alimentation déséquilibrée, la sédentarité, le tabagisme ainsi que l’âge avancé ont pour effet d’augmenter considérablement le stress oxydatif dans le corps et du coup, diminuer la fertilité.

Donc, pour le couple qui veut fonder une famille, il sera important de considérer l'âge de l'homme et de la femme ainsi que d’adopter un mode de vie favorable à la fertilité qui inclut une alimentation saine, de l’exercice régulier, l’arrêt du tabagisme, la diminution d’alcool et une bonne gestion du stress. Bref, ce qui est bénéfique pour la santé générale l’est également pour la fertilité. #santeReproductive

Thomas E. Schmid, Patrick G. Grant et al, Elemental composition of human semen is associated with motility
and genomic sperm defects among older men, Human Reproduction, Vol.28, No.1 pp. 274–282, 2013.

Robert J Aitken, Tegan B Smith et al. Oxidative stress and male reproductive health, Asian Journal of Andrology (2014) 16, (31–38).

www.ar-l.ch/Docs/mercan.pdf, En ligne, consulté le 19 décembre 2019.