Publication du 03 juin 2021

La fertilité féminine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Les AINS sont vendus en pharmacie sans prescription pour automédication ou souvent prescrits et leur usage est très répandu dans la population. Ils sont ainsi nommés par opposition aux anti-inflammatoires stéroidiens telle la cortisone (cortico-stéroides de façon générale), prescrits pour diverses conditions médicales sérieuses.

Pour les femmes qui recherchent une grossesse et qui ont des difficultés à concevoir, il est bon de savoir que les AINS, si utilisés fréquemment et intensément, peuvent avoir un effet négatif sur leur fertilité et en particulier retarder, voire compromettre l’ovulation.

Les AINS agissent comme inhibiteurs sur un type d’enzymes appelé cyclooxygénases (COX) lesquels enzymes ont un effet régulateur sur la production et l’action des prostaglandines elles-mêmes impliquées dans plusieurs processus de la reproduction, dont l’ovulation. Il a ainsi été démontré que chez des femmes en santé et en âge de procréer, les AINS inhibiteurs de COX retardaient l’ovulation en compromettant l’expulsion de l’ovule de son follicule (1).

Plusieurs autres études chez les rongeurs ont également démontré que les AINS avaient des effets délétères, non seulement sur l’ovulation, mais aussi sur la fertilisation, la qualité de l’endomètre, l’implantation de l’embryon de même que sur la parturition comme telle.

Par précaution, les femmes en bonne santé et en recherche de grossesse devraient éviter autant que possible l’utilisation régulière des AINS. Pour celles qui les utilisent de façon courante pour des maladies inflammatoires chroniques (arthrite, rhumatisme ou autres) et qui cherchent à concevoir, on recommande de consulter un.e médecin pour bien évaluer les risques vs les bénéfices.

(1) Stone S et al. Nonsteroidal Anti-Inflammatory Drugs and Reversible Female Infertility. Drug Safety 2002; 258, 545-551