Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Efficacité de la méthode symptothermique en regard du comportement sexuel

Dre Suzanne Parenteau
Dre Suzanne Parenteau

Il est intéressant d’examiner les études cliniques de la méthode symptothermique utilisée pour éviter la conception, lorsqu’elles ont examiné l’efficacité en regard du comportement sexuel des participants. 

L’étude de Rice, Lanctôt et Garcia-Devesa [1] a calculé les taux de grossesses non planifiées, séparément sur tous les cycles des couples n’ayant compté que sur la continence d’une part, et sur tous les cycles de ceux qui avaient utilisé une méthode contraceptive à un moment ou l’autre au cours des deux années de participation d’autre part. En usage parfait, le groupe continence eut un taux de grossesses de 0,5%, par rapport à 1,4%  pour le groupe utilisant des contraceptifs. En usage courant, le groupe continence obtint un taux de 3,3% comparativement à 9,1%  pour l’autre groupe. Le groupe d’enseignement de la méthode symptothermique en Allemagne, DeutscheArbeitsgruppe NFP, compte sur une équipe d’universitaires qui ont multiplié les recherches depuis plusieurs décennies sur divers aspects de cette méthode, aussi bien psychologiques et sociologiques que techniques. Ils disposent d’une immense base de données informatisée où le profil personnel des utilisatrices et les principales caractéristiques de leurs graphiques sont enregistrés depuis des années. Une étude en particulier [2] a mesuré l’efficacité de la méthode symptothermique en séparant les cycles selon cinq catégories de comportements sexuels pendant la phase identifiée comme fertile.

COMBINAISON MÉTHODE SYMPTOTHERMIQUE-CONTRACEPTIFS

Plusieurs imaginent que l’utilisation de contraceptifs combinée à la méthode symptothermique augmente automatiquement l’efficacité par rapport à l’abstinence. Ils s’étonneront de voir que dans l’étude Rice, Lanctôt et Garcia Devesa [3] et dans celle de Frank-Herrmann [4], les couples qui utilisent des méthodes contraceptives en phase fertile ont des taux de grossesses non planifiées plus élevés que ceux qui ne comptent que sur l’abstinence. Il y a, bien sûr, des risques inhérents aux contraceptifs mêmes, comme par exemple, déchirure ou glissement du condom. Mais une autre explication possible serait une moindre attention accordée aux signes subtils du début de la fertilité, – phase le plus souvent incriminée pour les grossesses non planifiées – parce que la confiance est divisée entre deux méthodes.

Lorsqu’elle est bien enseignée, bien comprise et appliquée constamment selon les règles, l’efficacité de la méthode symptothermique employée pour éviter la grossesse est comparable à celle des contraceptifs hormonaux et du stérilet. Elle est supérieure à celle du condom, du diaphragme et des spermicides. Suite à un enseignement compétent, avec la collaboration des deux membres du couple et un suivi approprié, il est possible d’être autonome et de prendre sa fertilité en charge de façon très efficace tout au long de sa vie fertile.


Extrait du livre La fertilité apprivoisée de Dre Suzanne Parenteau, en vente sur notre boutique en ligne.

Sources :
[1] RICE, Frank, Claude A. LANCTOT et Consuelo GARCIA-DEVESA. «Effectiveness of the sympto-thermal method of natural family planning: an international study», International Journal of Fertility, 1981, 26, 3: 222-230.
[2] FRANK-HERRMANN, Petra, J. HEIL, Christian GNOTH et al. «The effectiveness of a fertility awareness based method to avoid pregnancy in relation to a couple’s sexual behaviour during the fertile time: a prospective longitudinal study», Human Reproduction, 2007, 22, 5: 1310-1319.
[3] RICE, Frank, Claude A. LANCTOT et Consuelo GARCIA-DEVESA. «Effectiveness of the sympto-thermal method of natural family planning: an international study», International Journal of Fertility, 1981, 26, 3: 222-230. 
[4] FRANK-HERRMANN, Petra, J. HEIL, Christian GNOTH et al. «The effectiveness of a fertility awareness based method to avoid pregnancy in relation to a couple’s sexual behaviour during the fertile time: a prospective longitudinal study», Human Reproduction, 2007, 22, 5: 1310-1319.